La Chine à la carte

 selon vos envies

 

facebook-axiss

photo : Isabelle Boirin

Chine , 1986

la recette du mois

CANARD AU POTIMARRON

Pour 4 personnes :

 

 

- 2 magrets de canard

- 300g de potimarron

- 2 oignons

- 4 gousses d'ail

- 4 tranches de gingembre

- 2 piments secs

-

-

-

-

-

-

4 c. à s. d'huile de tournesol

1 bonne pincée de sucre en poudre

2 c. à s. de sauce de soja

2 c. à c. d'alcool de riz (facultatif)

quelques feuilles de coriandre

sel

Débitez le potimarron en allumettes et émincez les oignons. Hachez l'ail et le gingembre. A l'aide de ciseaux, coupez les piments en fines rondelles et écartez leurs graines. Détaillez les magrets en tranches fines.

Faites griller les tranches de magret dans une poêle. Transférez-les dans une assiette dès qu'elles sont cuites. Réservez. Jetez la graisse de canard et essuyez la poêle.

Faites chauffer l'huile avec l'oignon, l'ail, le gingembre et le piment. Ajoutez les allumettes de potimarron et faites revenir le tout pendant 10 minutes. Salez, versez le sucre en poudre et la sauce de soja, mélangez bien. Incorporez les tranches de magret et l'alcool de riz. Laissez mijoter à feu doux pendant 5 minutes. Ajoutez un peu d'eau si nécessaire.

Parsemez de quelques feuilles de coriandre ciselées pour servir.

Notre touche personnelle :

Nous avons mis 1 seul piment et plus de coriandre pour servir le plat.

 

 Cette recette est extraite du livre

"La cuisine chinoise" de Gabrielle Keng - Editions Solar, collection "Cuisine des 7 familles".

         

PAGES MENSUELLES ARCHIVÉES

ACCUEIL nous contacter

LES HAKKA ET LEUR HABITAT COMMUNAUTAIRE 

Dans une vallée reculée du sud-ouest de la Chine, à l’ouest de la province du Fujian, le paysage est inattendu. Par une route bordée de champs de bananiers, de cannes à sucre, de litchis, kakis, orangers et bambous, on découvre, lovées au cœur de collines verdoyantes, une succession de bâtisses circulaires aux toits sombres et de tailles différentes. On se trouve au cœur du pays Hakka (各家), un peuple Han originaire des régions du fleuve jaune qui émigra en plusieurs vagues vers le sud dès le IIIème siècle après la chute de l’empire Han.

Contraints de se défendre des populations hostiles à leur installation dans ces régions très peuplées, ils construisirent des habitats communautaires circulaires en terre avec très peu d’ouvertures sur l’extérieur, les Tulou 土楼(terre-bâtiment), la majorité d’entre eux pouvant accueillir une vingtaine de 20 familles. Au centre du bâtiment, une cour pour les animaux, les habitations se déployant tout autour sur plusieurs étages. Chaque entité est organisée sur le même modèle : le rez-de-chaussée est consacré à la cuisine, le premier étage aux greniers et aux réserves d’armes, les étages suivants aux chambres. Les logements sont desservis soit par une coursive commune, soit par un escalier privé. Les cours des Tulou les plus grands sont parfois occupées par un ou deux cercles supplémentaires de logements.

Si ce type de construction est le plus courant, on trouve cependant des habitats plus anciens, de forme rectangulaire datant sans doute des premières migrations, à l’époque où les Hakka, fonctionnaires de la cour et donc protégés, n’avaient pas à se défendre. Leur habitat était alors construit selon les plans des palais impériaux. Ce peuple parlant un dialecte particulier et toujours à la recherche de terres pour se fixer a souvent été considéré comme non Han. Il s’est largement mêlé aux populations de toute la Chine du sud, jusque dans les grandes métropoles occupant des postes importants. Un certain nombre a émigré à Taiwan, en Malaisie, à Singapour, en Thaïlande et en Indonésie. Leur fort sentiment d’identité Hakka provient de leur expérience de vie communautaire qui leur a permis de s’installer dans des régions hostiles. Même si la majorité d’entre eux a quitté les campagnes, des familles vivent encore dans ces villages étonnants. Il faut s’y promener et franchir le seuil d’un Tulou où l’accueil peut y être chaleureux.

 

Certaines de ces forteresses, dont la plus impressionnante celle de Chenqilou 承启楼 qui a abrité jusqu’à 800 personnes, peuvent être visitées. Une belle découverte dans une vallée accueillante.

>>> Nous vous proposons un voyage dans cette région, Les Huangshan et les villages Hakka" .

Programme du Nouvel An Chinois à Paris dans le XIIIème en cliquant sur l'affiche>>>