La Chine à la carte

 selon vos envies

 

facebook-axiss

photo : Isabelle Boirin

Chine , province du Sichuan, Xinjin - 2010

la recette du mois

MINI-ROULEAUX DE PRINTEMPS

Pour 4 personnes   :

 

 

- 5 feuilles de brick ou 5 galettes de riz

- 1 jaune d'oeuf

- huile pour la friture

 

-

-

-

-

-

 

-

-

Pour la farce

2 oignons nouveaux

1 carotte

2 champignons parfumés séchés

2 c. à. s. d'huile

200g de viande hachée de poulet ou de porc

1 c. à. c. de sauce de soja

sel, poivre 

Hachez les oignons et râpez la carotte. Faites tremper les champignons parfumés dans un bol d'eau bouillante pendant 15 minutes, puis ôtez les pieds et coupez les en petits morceaux.

Faites chauffer l'huile dans une poêle. Ajoutez la viande et laissez-la revenir sans cesser de remuer. Lorsqu'elle est bien dorée, ajoutez l'oignon, les carottes et les champignons parfumés. Salez, poivrez et versez la sauce de soja. Mélangez bien, puis retirez du feu. Placez la farce obtenue dans une passoire et pressez pour en éliminer l'huile. Réservez.

Sur une table, coupez les galettes de riz en quatre (ou en six si vous voulez obtenir des mini-rouleaux de printemps), puis posez-les sur un chiffon humide pour les ramollir. Déposez un petit boudin de farce près du bord le plus long de chaque crêpe. Repliez l'autre bord sur la farce, puis rabattez les 2 extrémités. Achevez de rouler la galette en serrant bien, puis scellez avec une goutte de jaune d'oeuf battu. Renouvelez l'opération rouleau par rouleau. (Si vous utilisez les feuilles de brick, il n'est pas nécessaire de les humidifier ; doublez l'épaisseur si elles ont tendance à se casser).

Faites frire les rouleaux par petites quantités dans une casserole. Dégustez chaud, avec de la sauce de soja additionnée de vinaigre.

 

N.B. : Vous pouvez ajouter dans la farce des vermicelles de riz coupés en petits morceaux .

 

 

 Cette recette est extraite du livre

"La cuisine chinoise" de Gabrielle Keng - Editions Solar, collection "Cuisine des 7 familles".

PAGES MENSUELLES ARCHIVEES

ACCUEIL nous contacter

 LES VILLES D'EAU

DU DELTA DU FLEUVE BLEU

 

A proximité de Shanghai, le delta du fleuve bleu regorge d’anciennes villes d’eau extrêmement bien préservées où il est agréable de flâner loin du bouillonnement de la ville.

Suzhou, la Venise chinoise réputée pour ses jardins, est la plus connue. Mais d’autres plus petites et moins fréquentées sont tout aussi intéressantes. En partant de Shanghai vers le sud-ouest en direction de Hangzhou, deux anciennes citées sont à découvrir : Xitang et Wuzhen.

XitangXitang, centre commercial et artisanal important sous les dynasties des Ming et des Qing a su conserver de belles maisons datant de cette époque. Un patrimoine architectural constitué de résidences familiales construites autour de cours successives, d’anciens magasins, de temples et de jardins. Le charme du lieu tient aussi à ses nombreux ponts en dos d’âne – pas loin d’une centaine –qui enjambent les canaux et les neuf rivières qui traversent le village. Beaucoup de ruelles sont couvertes par les auvents des maisons de bois, une particularité que l’on retrouve rarement ailleurs.

WuzhenUn peu plus loin, construite sur le grand canal reliant Pékin à Hangzhou, la vieille ville de Wuzhen, fondée il y a près de 2000 ans a conservé vivantes les traces de son passé. Cette cité qui a fourni pendant plusieurs dynasties de nombreux lettrés candidats aux plus hauts examens impériaux est également la ville de Mao Dun, l’un des plus grands écrivains de la littérature chinoise contemporaine. Imprégnée de cet héritage culturel, Wuzhen a beau être une véritable « ville-musée » riche de sites historiques remarquablement bien restaurés, elle a conservé son caractère authentique grâce à ses habitants qui continuent à perpétuer leurs traditions artisanales : technique du batik, tissage, culture du ver à soie… Comme ailleurs en Chine, il ne faut pas hésiter à s’écarter de la foule pour trouver un endroit où l’on pourra goûter à la magie du lieu. Le long de canaux adjacents, derrière les façades restaurées se cachent des habitations centenaires plus simples au charme indéniable.

S’échapper de Shanghai la mégapole moderne pour se perdre dans les ruelles de ces villes d’eau et se laisser porter par la poésie qui s’en dégage les jours de pluie donnent à découvrir une autre Chine.

Xitang