La Chine à la carte

 selon vos envies

 

facebook-axiss

photo : Gilles MUTIN

Tibet - 2010

la recette du mois

CREVETTES A LA SICHUANAISE

Pour 4 personnes   :

 

 

- 6 grosses tomates

- 3 gros oignons

- 3 gousses d'ail

- 1 morceau de gingembre

- 600 g de crevettes crues, surgelées

 non-décortiquées

-

-

-

-

-

3 c. à c. de piment écrasé

3 c. à s. de sucre

6 c. à s. d'huile

2 c. à s. de sauce de soja

sel

Faire décongeler les crevettes puis les décortiquer en conservant la queue. Dénerver les crevettes en les incisant une à une au niveau dorsal. Les rincer et les laisser égoutter. Couper les tomates, les oignons et le gingembre en tout petits cubes. Réserver.

Verser 3 c. à s. d'huile dans un petit caquelon. Lorsque l'huile est bien chaude, jeter les oignons et le gingembre. Remuer jusqu'à ce que les petits cubes deviennent transparents. Ajouter les tomates. Saler, poivrer et verser la sauce de soja. Incorporer le sucre en poudre et le piment écrasé. Laisser mijoter à petit feu pour obtenir un sauce onctueuse. Conserver au chaud.

Dans une poêle, chauffer 3 c. à s. d'huile. Jeter l'ail. Lorsqu'il commence à frémir dans l'huile, déposer les crevettes. Faire saisir d'un côté puis les retourner. Ajouter un peu d'huile si nécessaire. Saler. Dès que l'entaille des crevettes s'entrouvre et qu'elles commencent à rosir, retirer du feu. Déposer les crevettes dans le caquelon. Mélanger avant de servir pour que les crevettes absorbent bien le jus.

Avec quoi d'autre : avec du poisson.

Notre avis : Dans la province du Sichuan, la nourriture est très pimentée. Les habitants disent que c'est pour combattre les rhumatismes provoqués par l'humidité du climat. C'est vrai que la cuisine du Sichuan est délicieuse mais il faut pouvoir supporter autant de piment. Nous, on se contente d'1 c. à c. de piment.

 Cette recette est extraite du livre

"Les baguettes magiques d'une chinoise de Lyon"

de Gabrielle Keng-Peralta - Tana Editions.

PAGES MENSUELLES ARCHIVÉES

ACCUEIL nous contacter

  LES RIZIERES DE LONGJI,

DES PAYSAGES A COUPER LE SOUFFLE

A 80 km au nord-ouest de Guilin, région connue pour ses reliefs karstiques, un autre type de paysage exceptionnel se découvre près de la bourgade de Longsheng : les rizières en terrasse de Longji, l’Epine dorsale du Dragon.

Les pentes de ces collines culminant à 800 mètres sont entièrement sculptées par d’étroites bandes de terres étagées qui dessinent des lignes sinueuses à perte de vue. Ces rizières sont cultivées depuis des siècles et encore jusqu’à aujourd’hui de manière traditionnelle par les minorités Yao et Zhuang.

Les Zhuang, l’ethnie la plus importante de Chine après les Han, vivent en majorité dans cette région. Quant aux femmes Yao, elles sont connues pour la longueur de leurs cheveux qu’elles ne coupent que deux fois dans leur vie. Elles en font d’ailleurs aujourd’hui une attraction touristique : elles déroulent leur chevelure à l’objectif des photographes moyennant quelques yuans.

 Car cet endroit, comme désormais beaucoup de sites naturels en Chine, est devenu un lieu touristique où l’on paie son droit d’entrée et où les villageois, tout en conservant leur mode de vie ancestrale, s’organisent pour tirer le meilleur parti de ce nouveau tourisme de masse. Heureusement le lieu est vaste et l’on ne peut y circuler qu’à pied. Une fois dans le parc, il faut donc grimper jusqu’au premier village, des porteurs sont là pour les moins courageux, puis emprunter les sentiers étroits qui courent entre les rizières de village en village distants les uns des autres de quelques heures de marche. On s’éloigne alors des endroits les plus fréquentés pour apprécier une ambiance plus authentique, des hameaux calmes aux belles maisons construites en bois. Il faut prendre son temps, arriver tôt et partir tard ou même rester dormir dans une auberge au confort sommaire mais accueillante.

La beauté des rizières reste intacte, offrant un paysage différent selon les saisons : pentes vertes et jaunes à la fin de l’été juste avant les moissons, sols recouverts de pailles brulées en hiver et terrasses inondées dans lesquelles se reflètent les rayons du soleil au printemps. De véritables tableaux de peintre grandeur nature.

 voir Extension au départ de Guilin