La Chine à la carte selon vos envies

 

facebook-axiss

ACCUEIL

PARTIR EN CHINE

TAIWAN

PAGES MENSUELLES ARCHIVÉES

CONTACT Liens

Nouvel An chinois,

entrée dans l’année du cheval

Le 31 janvier 2014, une nouvelle année commence sous le signe du cheval, un signe qualifié de charmeur, impulsif, vif et attachant. Une image de force positive, sans doute attachée à la place que tient cet animal dans l’histoire de la Chine et dans l’imaginaire collectif chinois.

On trouve déjà des traces de représentation du cheval dans les origines de l’écriture et de la peinture chinoise dès le XVIème siècle avant J.C. Pour les peuples nomades, ces petits chevaux trapus étaient très importants. Dans l'agriculture aussi ils jouaient un rôle essentiel ; ce sont d'ailleurs les chinois qui ont inventé le collier de trait 400 ans avant J.C. Sous la dynastie Han, cet animal a joué un rôle primordial dans l’établissement du premier grand empire chinois en 206 avant J.C. La force de l’armée chinoise résidait dans sa faculté à se déplacer, à communiquer rapidement et à maintenir son autorité dans les territoires nouvellement conquis. Dans les prairies du nord, à l’instar de leurs ennemis nomades voisins, les chinois installèrent de nombreux haras dans lesquels ils élevaient des poneys mongols, une race robuste et puissante, pour alimenter leur cavalerie exceptionnelle.

En 140 avant J.C., l’empereur Wudi chercha par tous les moyens à se procurer des chevaux d’une race supérieure, « les chevaux célestes ». Plus grands, plus élégants et plus rapides, ils étaient élevés par des « barbares » en Asie Centrale dans la vallée de Ferghana (aujourd’hui ouest de l’Ouzbekistan, sud du Kirghizistan et nord du Tadjikistan). C’est à cette époque que s’ouvrit la fameuse Route de la Soie qui permit de nombreux échanges commerciaux.Très rapidement, ces chevaux Kazakhs eurent une place privilégiée non seulement au sein de l’armée mais aussi à la cour impériale chinoise et dans les familles nobles. Le cheval était devenu un signe de richesse et de pouvoir, indiquant au nombre de chevaux possédés, son rang dans la société.

Cette admiration pour le cheval, se retrouve abondamment dans l’ensemble de l’art chinois, des magnifiques pièces en bronze représentant ces « chevaux volants », aux peintures réalistes de Xu Beihong du siècle dernier, en passant par les chevaux en terre cuite colorée de la dynastie Han. Les chinois en ont fait un animal mythique, doté de pouvoirs surnaturels, qui accompagnait les âmes dans leur voyage vers le paradis des immortels. La vénération de l’Empereur Wudi pour ses « chevaux volants » était telle qu’il s’était fait enterrer avec plus de quatre-vingts chevaux vivants. Cette pratique s'est raréfiée jusqu'à disparaître au profit de l'art funéraire qui regorge de belles représentations de chevaux. En témoigne notamment cette incroyable armée de terre découverte dans le tombeau du premier empereur de Chine (Qin Shi Huangdi) à Xian, mais aussi les troupeaux entiers de chevaux en terre cuite retrouvés dans des tombeaux plus modestes.

 

 

photo : © Agathe Ligouy - Shanghai, 2014 - Pour le Nouvel An chinois

Les recettes du mois

POTAGE POIVRÉ ET VINAIGRÉ À LA PÉKINOISE

Pour 4 personnes :

- 3 champignons parfumés de Chine déshydratés

- 1/2 carotte

- 1 petit morceau de pousse de bambou (frais ou

 en conserve) env. 40g

- 1 c. à s. de gingembre frais

- 2 cubes de bouillon de volaille

- 3 c. à s. de vinaigre de riz chinois

- 1 c. à s. de fécule de pomme de terre

- 1 blanc d'œuf

- 1 c. à s. d'huile de sésame

- 1 c. à s. de ciboulette finement ciselée

- 2 c. à c. de sel

- 2 c. à c. de poivre blanc moulu

Faites tremper les champignons dans de l'eau tiède pendant 1 heure. Lavez-les et égouttez-les. Émincez les champignons, la demi-carotte, la pousse de bambou et le gingembre.

Faites chauffer 60 cl d'eau dans une casserole. Ajoutez les cubes de bouillon de volaille, les émincés de champignons noirs, carotte, pousse de bambou et gingembre. Portez à ébullition, baissez le feu et ajoutez le vinaigre de riz, le sel et le poivre blanc. Dans le même temps diluez la fécule de pomme de terre dans un peu d'eau et versez ce liquide dans le bouillon tout en remuant doucement à l'aide d'une cuillère en bois.

Quand le bouillon s'épaissit, ajoutez le blanc d'œuf. Remuez doucement.

Ajoutez l'huile de sésame et parsemez de ciboulette. Servez chaud.

CRÉMEUX DE PETITS POIS AU LAIT ET AU MIEL

Pour 4 personnes :

- 400g de petits pois

- 10cl de lait

- 3 c. à s. d'huile d'olive

- 30g de sucre en poudre

- 1 c. à s. de miel

- quelques fruits rouges goji

Lavez les petits pois et faites les cuire à feu doux dans une casserole d'eau bouillante pendant 20 minutes. Égouttez-les.

Versez les petits pois avec le lait dans un mixeur. Mixez longuement jusqu'à l'obtention d'une purée fine.

Faites chauffez l'huile dans une poêle. Faites-y fondre le sucre à feu doux. Incorporez la purée de petits pois. Faites cuire à feu doux en tournant. Quand le parfum de lait se dégage, ajoutez le miel et remuez.

Répartissez la purée dans 4 coupes, laissez refroidir et décorez avec les fruits rouges goji.

Ces recettes sont extraites du livre :

 "40 menus de gastronomie chinoise à 10 € pour 4 personnes" 

 de Chen Zhao, Restaurant les Jardins de Mandchourie - Tana éditions

Restaurant les Jardins de Manchourie - 34 allée Vivaldi - 75012 Paris

 

Copyright © Axiss dream. Tous droits réservés - Création Ibé & Thom 2007 - 2011