La Chine à la carte

 selon vos envies

 

facebook-axiss

photo de Benoit Cezard

www.benoit-cezard.com

la recette du mois

SAUTE DE MANGE-TOUT AUX CREVETTES

Pour 3 personnes :

 

-

-

-

-

200 g de mange-tout

9 crevettes crues décortiquées

1 oignon

3 gousses d'ail

- 4 c. à s. d'huile

- 2 c. à s. de sauce de soja

- 3 pincées sucre en poudre

- sel

Equeutez les haricots et les passer à l'eau fraîche. Egoutter. Couper l'oignon en fines lamelles et hacher l'ail. Ouvrir les crevettes 1 par 1 pour les dénerver. Réserver.

Dans la poêle verser 2 c. à s. d'huile et faire chauffer. Faire revenir l'ail et l'oignon puis ajouter les haricots. Saisir à feu vif sans faire brûler les haricots. Saler, verser la sauce de soja et le sucre. Mélanger puis retirer du feu. Les haricots doivent avoir une couleur vert vif. Réserver. Rincer la poêle et l'essuyer. Chauffer le restant d'huile. Déposer les crevettes à plat puis faire griller à feu vif. Saler puis les retourner. Dès qu'elles sont saisies de l'autre côté, verser les haricots et les noix de cajou.

Bien mélanger puis servir directement dans un plat.

Avec quoi d'autre ?

Il ne faut pas hésiter à mélanger les crevettes avec de la viande. Porc en lamelles, tranches fines de magrets de canard, fumés ou non, petits lardons fumés, gésiers confits...On peut aussi remplacer les noix de cajou par des cacahuètes ou des pignons.

Cette recette que nous vous proposons est extraite du livre

"Les baguettes magiques d'une Chinoise de Lyon" de Gabrielle Keng-Peralta,

 Tana éditions.

ARCHIVES

PAGE ACCUEIL nous contacter

24 CITY DE JIA ZHANGKE

portrait d'une chine en mutation

Avec son nouveau film 24 City, entre fiction et documentaire, Jia Zhangke le réalisateur de Platform, The World et Still Life continue à nous décrire avec réalisme la Chine en mutation et les bouleversements qui en découlent pour chaque individu.

Une usine d’armement est en train de fermer pour permettre la construction d’une résidence de luxe. Au milieu d’immenses ateliers à l’abandon ou dans des bureaux décrépis, le cinéaste fait parler à tour de rôle 8 personnes issues de générations et de milieux différents toutes touchées par cette fermeture. Il prend le temps de les filmer, de les écouter nous raconter leur vie dans cette usine, les drames provoqués par le collectivisme, les solidarités entre ouvriers, l’amertume de cette femme qui n’a pas pu se marier…

Ces portraits sensibles, émouvants et durs parfois sont portés par des plans-images magnifiques et par une musique évocatrice très présente, un mélange réussi de chants patriotiques, d'opéras traditionnels et de musique moderne.

C’est une Chine pleine de contrastes que met en évidence le film : le dernier témoignage est celui d’une jeune fille qui veut gagner beaucoup d’argent pour offrir à ses parents, anéantis par leur vie d’ouvriers, un appartement dans la nouvelle cité. Un contraste entre la richesse et la pauvreté, le conservatisme et l’ouverture. Jia Zhangke s’est posé en observateur pour redonner une identité à ces individus noyés dans la masse qui n’ont dont jamais eu conscience de leur propre valeur. Il dresse ici le portrait d’une Chine qui ne passe pas seulement d’un système économique à un autre mais en même temps d’une culture à une autre : la culture du collectivisme à celle d’une certaine liberté individuelle.

Mais à quel prix ? Dans son très beau film Still Life on découvre déjà le peu de cas accordé à la vie des milliers de chinois expulsés pour permettre la construction du barrage des Trois Gorges.

Le travail de Jia Zhangke, dont les films sont souvent censurés en Chine, a déjà été primé en Allemagne, au Canada, en France et a  reçu le Lion d’Or à Venise pour  Still Life.

QINGMINGJIE, LA FETE DES MORTS

Depuis l’année dernière et à la demande de la population, la journée de Qingmingjie, la fête des morts, a été déclarée par le gouvernement chinois jour de congé officiel, comme cela se fait à Taiwan.

Alors que cette fête très ancienne issue du calendrier agricole chinois avait été étouffée sous le régime communiste, elle reprend de la vigueur depuis quelques années. Pour cette journée, déclarée en 1935 journée de l’entretien des tombes, les chinois sont de plus en plus nombreux à aller s’y recueillir. Ils y brûlent encens et monnaie de papier en hommage à leurs ancêtres. Dès ce week-end, les cimetières et parcs du souvenir des grandes villes ont vu affluer près de 4 millions de personnes,  une hausse de 17% par rapport à l’année dernière. Les autorités locales se préparent pour le jour J, le 4 avril  où l’on s’attend à une participation de plus de 100 millions de chinois.